top of page

Un peu plus d’un an qu’on l’attendait ce festival caritatif : le Aütfest !

Dernière mise à jour : 22 oct. 2023



Un peu plus d’un an qu’on l’attendait ce Aütfest !

Le festival caritatif, imaginé par Loris très vite rejoint par Mat, avait pour objectif de récolter des fonds pour deux associations qui aident les familles d’enfants autistes.


Mais pour te (re)mettre dans le contexte, rien de tel que cette petite interview :


Et en plus, on s’était bien marrés !

On est arrivés tôt le matin afin de pouvoir interviewer l’ensemble des 7 groupes de l’affiche, et le premier truc qu’on peut souligner, c’est l’organisation carrée cubique et la qualité du site. Très impressionnant pour une première édition. Je peux aussi te dire que la très bonne ambiance était installée dès le début pour rester le fil conducteur de cette excellente journée/soirée.


Mais passons au concret : les concerts ! Et je vais du coup te parler tout de suite du seul et unique point négatif du fest pour moi : le son. Je ne vais pas épiloguer et on en a parlé avec l’orga. Le son est clairement un poste coûteux et difficile à gérer pour une première édition. Il n’aurait été par contre pas objectif de ne pas le mentionner, car je pense que la prestation de certains groupes en a pas mal pâti.

Et c’est le cas d’Overflow Guy, mon groupe chouchou de cette affiche. Ce groupe a eu l’excellente idée de se réapproprier un genre qui semblait disparu : le grunge. Ils en ont tiré l’essence tout en produisant des compos et un son résolument modernes, le tout accompagné d’une voix qui perso m’a totalement retournée. Leur second EP, Deceptive Content, est clairement une pépite (trouvable uniquement sur bandcamp ou en physique) et on sera là pour la sortie de leur premier album en préparation. Et bref, c’est cet OVNI qui a eu la lourde tâche d’ouvrir les hostilités. A deux : un guitariste/chanteur et un batteur/chœur. Alors évidemment, quand ça manque de guitare au niveau du son, dans cette configuration ça peut être très vite compliqué. Mais les choses se sont un peu arrangées au fur et à mesure et surtout ils ont géré et envoyé la bonne énergie au public présent qu’ils ont tout de suite conquis. Un groupe à suivre, assurément.

L’interview d’Overflow Guy :

Alors ça va être un peu plus compliqué pour moi sur la partie de Titans Rage, tout simplement parce que je n’écoute pas de Heavy (et genre associés). Oui je sais, tu as envie de me bruler sur une place publique !

Ce dont je peux te parler, c’est de l’expérience qui se dégage du groupe (pourtant jeune dans l’absolu), de l’osmose entre les membres, et du charisme tout particulier du chanteur. On pouvait voir aussi un chouette partage avec le public. Je peux mentionner aussi le gros niveau de chacun qui donne un résultat très propre et très en adéquation avec les attendus du genre.


L’interview de Titans Rage disponible en lien ici ...

Seconde grosse découverte pour moi grâce à l’affiche du Aütfest avec les techniciens de Death Structure. Ils m’ont immédiatement accrochée à l’écoute parce qu’ils arrivent à cumuler deux choses que je retrouve rarement en même temps : la précision et la lourdeur. Les gars ils arrivent à être tellement propres et tellement sales à la foi, je n’ai rien compris ! Et sans surprise vu la qualité des versions studio, ça envoie encore plus en live. Les titres inédits qu’ils ont joués à l’occasion de ce set laissent présager que du bon. On a hâte d’entendre ce que donnera leur album à paraître chez M&O Music parce que eux non plus, on ne les lâche plus !


L’interview de Death Structure :

Aaaaaaaaaaaaaaaaah ! Enfin on allait voir Kamizol-K dans de meilleures conditions qu’au bar de la Warzone ! Ce groupe de hardcore moderne est en train de tout pulvériser sur son passage et si t’es passé à côté, ça ne va pas durer longtemps. Et c’est tellement mérité ! Au-delà de personnes adorables et passionnées, on est sur de la grosse qualité.

Tous les codes hardcore sont là (et personnellement je ne comprends même pas qu’il y ait encore débat sur leur genre musical), mais avec en plus un son moderne bien à eux, accentué par l’utilisation de la double voix qui est totalement pertinente dans la compo et dans l’énergie qu’ils veulent envoyer. C’est chiadé vraiment. Et du coup ça marche, ils ont retourné le public du Aütfest en deux secondes, et nos cœurs indéniablement.

L’interview de Kamizol-K :


Overdrivers faisaient partie des groupes qui jouaient quasi à domicile et ils ont fait leur presta devant la salle la plus pleine et la plus survoltée de la soirée. Rien que pour cette faculté à réunir, bravo !

A priori, là aussi ce n’est pas tout à fait ma came. On est sur du « ACDC like », mais en fait on oublie rapidement la copie. Tout est vraiment efficace. Le groupe sait occuper la scène, jouer avec le public et les photographes. T’as la banane au bout de 30 secondes et t’as qu’une envie, headbanger très joyeusement une bière dans chaque main.

L’interview d’Overdrivers :


J’ai découvert Xaon et son death metal symphonique (mais pas que !) grâce au Metal Kombat de Junky May (https://www.youtube.com/@JunkyTV666 ) mais sans trop m’y attarder plus que ça à ce moment-là car le groupe a déjà une jolie « fan base ». Au-delà d’une production de grosse qualité, c’est vraiment le visuel chiadé à tous les niveaux qui m’a marqué en creusant un peu plus sur eux. Tu sens que tu as affaire à un groupe de show et forcément, c’est un des sets que j’attendais le plus.


Et on n’a pas été déçus : c’est non seulement aussi quali en live qu’en studio, mais la dimension spectacle est vraiment présente. Mention spéciale au travail des lumières, réfléchi au possible en fonction des morceaux. Et ça a marché : le public autour de moi qui ne connaissait pas le groupe est immédiatement tombé amoureux (coucou Madame qui disait « ah mais ça c’est énorme ! » en boucle, j’ai adoré votre enthousiasme !) Seul bémol, c’est pour moi le second groupe qui a eu le plus à souffrir des problèmes de son. A revoir obligatoirement donc ! En attendant, les jours sont rares où « The Lethean »ne passe pas dans mon lecteur CD.


L’interview de Xaon :


Pour Blackrain aussi, je vais être un peu moins bavarde. Déjà tu te doutes bien que si j’ai du mal avec le Heavy, ça va être compliqué pour le Glam. Mais en plus, le groupe tête d’affiche joue en dernier, et il nous reste 2h30 de route avec mon binôme pour rejoindre notre lit tant mérité, et nous ne sommes donc pas restés le set entier.

La réputation du groupe n’est pas surfaite, on sent les plus de 20 ans d’expérience et c’est vraiment d’une très, très grosse qualité. C’est très chouette de voir leurs fans, reconnaissables immédiatement, investir les premiers rangs et chanter leurs chansons en cœur.

Ce qui encore plus chouette, c’est de voir à quel point le groupe a l’air content d’être là, de jouer et d’échanger, que ce soit entre eux ou avec le plaisir.

Mention spéciale à Franky Constanza (batteur, entre autre des Tambours du Bronx, ex Dagoba, etc.) ) qui a rejoint le groupe il y a peu de temps et qui a l’air de vivre sa meilleure vie !


L’interview de Blackrain :


Quand j’ai découvert le projet Aütfest et que nous avons décidé d’en être partenaires, on venait bien évidemment avant tout pour le projet caritatif. On sentait au fur et à mesure que c’était particulièrement bien géré, mais franchement, je m’attendais à juste passer un petit moment sympathoche avec des gens que je n’avais pas l’occasion de voir souvent.

Et bien belle claque ! On s’est retrouvés dans un festival avec une orga rodée et gérée d’une main de maître par des personnes qui n’ont juste jamais fait ça de leur vie. Les conditions de travail pour les journalistes devraient faire pâlir pas mal de gros fests. L’ambiance a été incroyable du début jusqu’à la fin, que ce soit en backstage ou dans le public.

Portofolio / Diaporama Crédits : David POUSSIN "SlaveOfPaint"

Et surtout, l’affiche était dingue en fait et en toute honnêteté, ça je ne m’y attendais pas du tout. Elle couvrait beaucoup de styles, et bien évidemment dans le tas, il y en a qui ne sont pas dans mes genres de prédilections. Mais même dans ce cas, la qualité de jeu, de composition, de production de chacun était indéniable. J’ai fait des découvertes suffisamment marquantes pour qu’elles deviennent des groupes que j’écoute désormais au quotidien.

Réussir à réunir une affiche 100% quali sur une première date, c’est juste suffisamment remarquable pour le souligner.

Tout ça pour dire que je te conseille d’être là à l’édition numéro 2 qui aura lieu le 5 octobre 2024 (et avant cela au Warm up du 30 mars 2024), parce que je pense que le Aütfest ne restera pas un petit fest très longtemps…


Elo. DEL & David Slavofpaint

pour BGP MUSIC LIVE


L’aftermovie de BGP au Aütfest festival, c’est par là :

Photo et vidéo David

Interview et live report : Elo.

Montage : Ben

Comentários

Avaliado com 0 de 5 estrelas.
Ainda sem avaliações

Adicione uma avaliação
bottom of page