top of page

DEAFBROOD - Chronik de Hell Reel



LA SEMAINE DE ... Waking the Sleeping Bear, nous permet de proposer à Adrien, frontman du groupe, une chronic d'album dans un style peu habituel pour lui ... A vous de juger du résultat !

 

Exercice aussi inédit que surprenant que celui de la chronique pour moi, et c’est avec plaisir que j’écris ces quelques lignes pour BGP MUSIC LIVE au sujet de l’album « Hell Reel » de DEAFBROOD.


Pour commencer, l’album et le groupe sont une totale découverte pour moi, et c’est tant mieux.

Toujours à l’affût de ce qui se passe au sein de notre bouillonnante scène française, je trouve particulièrement agréable de découvrir de nouveaux groupes proposant un travail de belle qualité dans nos contrées, et qui continuent chaque jour un peu plus à faire mentir les personnes qui estiment que le metal français ne vaudrait pas le coup d’oeil (et d’oreille !



Deafbrood est donc un groupe originaire de Rennes, formé en 2017.

Après un premier EP en 2018, ils reviennent en novembre 2021 avec ce premier album intitulé « Hell Reel », galette de 12 titres, distribuée via M&O Music / Season of Mist.

De prime abord, le visuel est très soigné, et le mystérieux personnage de mafioso obscur qui orne la pochette nous plonge directement dans une ambiance de film noir.


En terme de style musical, n’y allons pas par quatre chemins : Deafbrood pratique un rock’n’roll burné de la plus pure tradition, qui fleure bon la bière et l’huile de moteur, et avec tout ce que ça implique de virilité qui tache, s’l vous plait !




Le disque s’ouvre sur le single « I Snatched a Bottle » que le groupe a pris soin de cliper, et la vidéo est une bonne occasion de vérifier qu'on ne nous a pas trompé sur la marchandise : grosses barbes, bières, cheveux longs... On sait à qui on a affaire !

Ce morceau à l'énergie débordante nous met de suite dans l'ambiance du disque, ce sera puissant, frénétique avec ce bon goût de rock old school !

D'ailleurs une référence nous saute de suite aux oreilles et ne nous quitera pas durant toute l'écoute de l'album : Motörhead !


Si la perte de Lemmy Kilmister aura laissé un grand vide dans le coeur des metalleux, il est clair que Deafbrood seraient d'excellents concurrents à la reprise du flambeau du rock'n'roll fast and loud ! À conseiller à tous ceux qui auraient la nostalgie et voudraient retrouver le frisson de "The Ace of Spades".


Après le single d'entrée, l'album se poursuit sur cette lancée entre heavy, rock et speed metal. On repère de ci de là quelques influences blues, des sonorités que n'aurait pas renié un AC/DC sous cocaïne par exemple.

Toujours avec cette patte old-school, un tempo assez élevé, le tout entrecoupés de solos bien sentis. La voix extrêmement rauque du chanteur fait bon effet sur ce style, et on sent clairement un gros potentiel live.


Au milieu de l'album, la triplette de titres "Party girl (show me your moves)", "Never out of supplies" et "The Act" nous entraine vers un riffing plus joyeux, dans lequel on décèle quelques influences glam metal : riff et grooves entrainants, refrains scandés et choeurs, on entend par-ci par-là des sonorités dignes de Twisted Sisters ou de Mötley Crüe, encore une fois savamment relevées par la voix ultra burnée du chanteur.


Puis l'album reprend de plus belle, toujours sur un tempo frénétique. L'énergie des musiciens est belle à entendre, on sent qu'ils s'amusent. La fin de l'album explore un peu son spectre de sonorité, par moment un peu blues, par moment plus du côté punk de la force. "Tinnitus Rock" est un bel hymne heavy dédié à l'esprit du rock'n'roll, à mi-chemin entre un Kiss sous stéroïdes et un Motörhead joyeux.


Chaque morceau a un potentiel de single, avec des motifs particulièrements efficaces, faits pour etre repris en choeur par le public. "Money Order Gun Powder" pour ne citer que lui a un refrain fait pour être hurlé par les foules, et le moins que l'on puisse dire c'est que ça rentre bien dans la tête ! Le solo de guitare du morceau suivant est également de ceux qui marquent les foules.


L'album se clôture avec "Drunk as Fuck" , excellent hommage à Motörhead et à leur énergie punk délirante.


Pour conclure, "Hell Reel" de DeafBrood est un excellent album, qui réussit ce qu'il entreprend avec un certain brio. Il aura eu le mérite d'une part de me replonger avec plaisir dans un genre que j'avais abandonné depuis un certain temps, pensant ne jamais vraiment parvenir à retrouver un groupe avec assez de ferveur pour combler le vide laissé par la mort de Lemmy Kilmister. Si vous êtes nostalgiques de cette époque et de cette puissance (ou que vous cherchez tout simplement un album pouvant vous accompagner durant un road trip sur la route 66), foncez !

Vous ne serez pas déçus ! "Hell Reel" ne souffre d'aucun défaut majeur, la production est bonne et sert parfaitement la musique, les visuels cohérents et l'énergie constante.


Allez, s'il fallait trouver un petit défaut : la présence d'un morceau plus calme, type balade blues en milieu d'album aurait été agréable pour nous permettre de respirer un peu au milieu de cette frénésie, mais nul doute que ce "défaut" n'en est pas vraiment un, pour peu que vous soyez en recherche d'un album implacable et sans concession.

Auquel cas nul doute que "Hell Reel" sera un très sérieux condidat à l'entrée dans vos playlists, et que l'énergie de cet album saura vous mettre la tarte dans la gueule que vous étiez venu chercher.


Adrien P.

de Waking The Sleeping Bear

Pour BGP MUSIC LIVE



35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page