KINGSMEN - Chronik de "REVENGE. FORGIVENESS. RECOVERY"


Sharptone Records

10 avril 2020

Promo : HIM Média


Du Hardcore ? Du Métalcore ? Du Deathcore ?


Difficile de mettre une étiquette sur cette première œuvre des américains de KINGSMEN, même si la structure instrumentale de « Revenge. Forgiveness. Recovery » est assez similaire au métalcore le plus fréquemment écouté ces dernières années.

Il faut dire qu’ils ont su s’entourer des bonnes personnes, comme Mark Lewis à la production (TRIVIUM, WHITECHAPEL,…).


Défiant donc la catégorisation à tout prix, KINGSMEN impose un style singulier qui se nourrit de diverses influences : DEVILDRIVER, KILLSWITCH ENGAGE ou encore FIVE FINGER DEATH PUNCH.


Un premier album brutal qui montre un fort potentiel pour ces nouveaux arrivants sur la scène métal : une guitare très technique, une basse qui approfondit leurs sons en suivant et amplifiant celui de la guitare, et une batterie omniprésente, qui cogne dur.

La véritable force du groupe, c’est son dévouement à son art né d’un talent brut et d’une énergie bien utilisée : entre scream et chant clair, la voix de Tanner Guimond est puissante, pleine de rage.


Formé en 2016, le chemin de KINGSMEN a été jalonné de bon nombre d’épreuves.

C’est pourtant ce qui a soudé les 4 membres : « Les temps difficiles et turbulents suscitent la force. »

Cela se ressent surtout dans les paroles de leurs morceaux. Le message qu’ils veulent faire passer est clair : ne jamais abandonner. Inspirés de ce qu’ils ont vécu, ils nous délivrent un message d’espoir.


Avec un disque court de 10 titres aux sonorités riches et mélodiques, KINGSMEN force le respect en plaçant également un titre instrumental, chose assez rare pour un groupe aussi « jeune ».


Mon coup de cœur de cet album va d’ailleurs à ce titre, « Relapse ». Je reste impressionnée par l’émotion qu’ils ont su dégager en 2’37 de musique. Un morceau intense, risqué et tellement inspiré.


Brut de décoffrage, « Revenge. Forgiveness. Recovery. » te plongera sans aucun doute la tête la première dans des pits de tarés !


Un groupe à suivre les Zamis ;-)


Marion pour BGP Music Live