NOTHING BUT REAL - Chronik de leur album éponyme !


NOTHING BUT REAL

10 juillet 2020

Sorti un peu de nulle part, les parisiens de NOTHING BUT REAL nous a balancé cet été leur premier EP éponyme.


Du rock alternatif à la SKUNK ANANSIE mixé à un univers « cinéphilomangatesque » : 4 zicos et un avatar, Sakar, personnage illustrant parfaitement la dualité du groupe. Une musicalité très masculine avec une batterie qui cogne dur, des riffs qui sonnent bons et un chant féminin très doux et mélodieux aux refrains entêtants.


Des influences diverses de chaque membre du groupe émanent une inspiration commune assez détonante : NOTHING BUT REAL ne ressemble en rien à ce qui existe aujourd’hui. Voilà un groupe qui a réussi à se démarquer dans un style assez « encombré ».

Définir leur musique comme « alternative » est plutôt simple au final : elle défie totalement le statut quo en se réinventant titre après titre.

Rien n’est laissé au hasard que ce soit musicalement ou visuellement.

7 titres proposés dans un ordre bien précis (du démon à la rédemption) comme une forme de thérapie à la folie (la nôtre ou la leur ?). Il suffit de voir leur pochette pour s’en rendre compte.


7 titres…. Le nombre de morceaux qui nous est livré n’est pas non plus un anodin. Le 7 comme théorie esthétique d’un ordre mystique, une clé importante pour la compréhension de la structure de notre monde en matière d’harmonie.

« Nothing But Real » est finalement une fusion de plusieurs inspirations, influences pour créer un monde à leur image, harmonieux et leur permettant, je l’espère, de voguer rapidement de leurs propres ailes vers le zénith.


Marion pour BGP Music Live