top of page

Live report (Jour 1 & 2) du Mennecy Metal Fest 2022

Dernière mise à jour : 24 nov. 2022



C’est parti pour cette 2ème journée du Mennecy Metal Fest après avoir pu bien récupérer de la journée de la veille j'arrive à la fin du projet Athena que je vois de loin.


DAY 2

Sign of decline

Direction la eye stage pour voir Sign Of Decline, mon premier concert de cette journée.

Le groupe distille un Death intéressant avec la voix caverneuse et profonde de Lionel au chant, une basse qui grove bien, des guitares qui cisaillent dans le bon sens avec une des particularités du groupe, Nico à la batterie est non voyant, ce qui ne l'empêche pas de jouer bien au contraire, avec une particulièrement bonne frappe ! Rien à dire, le set est solide !


Pervert asshole

Direction la Menn’Stage pour voir les Pervert asshole, groupe totalement wtf nous avons un luchador à la guitare, Dr. Perv au chant avec des allures de Charles Manson et Jésus, avec une veste médicale pleine de sang, il se rapproche plus du Docteur Maboule que d’un vrai doc... Un homme masqué à la 2ème guitare, la bassiste en robe de chambre, Brutal à la batterie est quant à lui déguisé en guerrier.

Le back drop prévient avec we say fuck a lot que le set ne se fera pas dans la dentelle.

Le doc, un mannequin sans tête en guise de pied de micro, la batterie de Brutal comme son nom l’indique ne fait dans la dentelle. C’est comme s’il tentait de prodiguer un massage cardiaque à sa batterie. Les guitares vont à 100 à l’heure et assènent des riffs aussi doux qu’une tronçonneuse. La basse est bien rugueuse, le chant de doc est rageur et fédérateur . Son chant est plutôt hardcore, celui d’un homme bourré avec sa bouteille de rhum captain morgan à la fin qu'il boira à foison tout en profitant de remplir un gant de latex de rhum pour ensuite le lancer dans la fosse, assez timide malgré l’énergie déployée. En même temps vue l’heure, le public est en pleine digestion.

Le doc arrache sa chemise et nous fait un striptease en rythme avec la musique qui va bien en terminant le set dans son slip crasseux avec une simulation de masturbation à l’aide de son micro,.... rien que ça ! En tout cas c’est un plaisir de découvrir ce groupe plein de folies ... Merci au mennecy de l’avoir programmé !


Rankken

Retour sur la stage pour le set de Rankken avec un death qui envoie sec ...avec un batteur, un guitariste et un guitariste/chanteur, sans bassiste.

Le chant délivre un death à tendance trash ravageur avec des riffs de guitare qui nous découpe avec violence et avec groove aussi.

La batterie groove à foison. A voir ce que la formation donnerait avec un bassiste en plus?


6:33

C’est reparti pour un tour à la Menn’stage pour 6:33 même si il est actuellement 15h15 (3:15pm) et non 6:33 !

C'est quoi ce groupe ? un ensemble "WTF" oscillant entre le jazz, le boogy et le rock.

Le batteur, Cédric, alterne entre les moments groovy et ravageurs(à savoir que le groupe n'avait pas de batteur à la base !)

Le clavier est plutot typé 80 ‘s, Bennie au chant a une voix plutôt envoutante, Flo également au chant avec quant à lui une voix plutôt théâtrale. J’ai l’impression d'assister à une comédie musicale de rock/jazzy déjantée. Manque juste une vraie mise en scène alors même que les membres du groupe se démènent pour nous amener dans cette folie.

Je trouve que ces titres passeraient très bien sur des musiques de cartoon (dessins animés) du type Tom and Jerry ! les rythmes sont tous plus dingues les uns des autres, en live c’est sympa j’attends de voir ce qu’ils proposeront au niveau de la mise en scène plus tard ... A bon entendeur les gars !


Retour du la eye stage pour le set de Dagara que j’avais déjà eu l’occasion de voir lors de l'évènement les rockeurs ont du coeur en décembre dernier à Rambouillet;

Dagara nous envoie sont HxC scandé en français sans ménagement et sans simagré

La basse vie et groove à fond les ballons,

La guitare est rapide et fat à souhait, le batteur martyrise ses fûts,

C’est un réel plaisir de les revoir sur cette édition du Mennecy Metal Fest



Dreamcatcher

Retour sur la Men’stage pour Dreamcatcher groupe de New wave Of british Metal que j’avais déjà eu l’occasion de voir à Rouen l'année derniere pour le craft beer rock fest 2. Changement de line up cette fois-ci avec Olivier qui remplace Alex au poste de bassiste, Dreamcatcher nous joue l'intégralité de son dernier album The Road So far, Chris manquera de justesse dans le chant aujourd'hui du à un problème de voix, ce qui l’empêche pas de mener sa barque et d’assurer une bonne présence scénique comme d’habitude.

Il ne tient pas en place et on rentre facilement dans l’univers du groupe, la section rythmique est solide et nous sert du bon NWOBM ayant déjà vu ce set à Rouen.


Petit break, j’en profite pour aller voir Saad Jones pour acheter et me faire dédicacer son dernier roman Dark Desires

Lofofora

Une première au Mennecy Metal Fest !! 10 ans d'attente quand même !

après avoir eu l’occasion d’interviewer Reuno dans l’après-midi (INTERVIEW @Lofofora - @Mennecy Metal Fest 2022) place au spectacle !

Cela fait 10 ans qu’on attendait la venue de Lofo au Mennecy Metal Fest,

Reuno déjà eu l’occasion de jouer au Mennecy avec Les Tambours du Bronx et Madame Robert notamment.

Le reste du groupe avait découvert le fest lors du Bal Des Enragés.

Pour ma part, c’est la première fois que je vois les Lofo cette année après avoir eu l’occasion de les voir 2 fois en 2021 à l’Empreinte de Savigny le Temple et à Limoges.


Les Patrons sont enfin là.

L’intro boite à musique se fait entendre,

le groupe fait son entrée et balance direct Elixir pour nous mettre dans l’ambiance

Reuno est monté sur ressorts et mène sa barque tel un crooner des temps modernes.

Daniel comme à son habitude ne fait qu'un avec sa guitare ; c’est un peu comme s’il dansait avec. Phil solide sur sa basse et Vincent comme un gamin sur sa batterie.

Le groupe nous met directement tous d’accord.

Lofo fait parti des groupes dont je ne me lasse pas.

On reste dans le dur avec les seigneurs et un passage ambiant où Reuno se pose en chanteur à texte, pour mieux répartir sur un crescendo qui met la fosse en feu !


Comme Reuno l’a si bien dit, ils ne sont là pour martyriser la fosse et enchaîne donc sur Pornolitique un des mes titres favoris du groupe. Autant dire que c‘est une boucherie en live, avec sa batterie tribale, une basse rugueuse, des riffs acérés de Daniel et une rage non dissimulée de Reuno. C’est littéralement le cocktail explosif, le groupe enchaîne les classiques comme le fond et la forme avec son intro de batterie infernal et le mur du son qui appuie les propos de Reuno.

ça slamme à gogo dans la fosse sur dur comme fer, une partie de la fosse se met à faire du rameur ce que je n’ai pas compris mais ok pourquoi pas, les morceaux s’enchaînent et le set se termine sur autopilot, La fosse reprend à l'unisson les paroles.

C’était un plaisir de voir les Lofofora retourner et reveiller la fosse comme il faut en enchaînant les morceaux et en dynamitant la scène !



Locomuerte

Retour sur la eye stage pour voir les gringos de Loco Muerte que j’avais eu l’occasion d'admirer la dernière fois à Savigny sur orge,

Ils reviennent une 2eme fois pour retourner le MMF avec leur Hardcore survinatiminé chanté en espagol, la eye stage prend feu direct devant une fosse qui a répondu massivment présent.

Le groupe rentre dans le dur directement sans ménagement, la scène est limite trop petite pour eux, les riffs de guitare de El Mitcho sont accrocheurs, la basse Nico Loco est fat comme il faut, la batterie de El Floco nous donne envie de faire du 2 step sans arrêt, el termito au chant est chaud bouillant et harangue la foule, le son est massif à l’image du groupe. Vraiment hate de revoir le groupe en salle !



Finntroll

Direction la Menn’stage pour assister au set des Troll Finlandais de Finntroll qui assènent leurs folk metal sauce black, death.

La section rythmique nous donne envie de headbanguer et de danser la gigue, la fosse est transportée dans la contrée des Trolls durant ce set

Le chant de Vreth est diabolique et sans fioriture, certains morceaux me donnent l’impression de parcourir un chant de bataille, un wall of death se forme spontanément

Finntroll a réalisé un set carré et entrainant. Pour les curieux le groupe sera présent à Paris en Décembre. Save the date !






Embryonic cells

De retour pour le dernier concert de la soirée sur la Eye stage, c’est au groupe Embryonic Cells de clore la scène pour ce soir.

J’avais eu l’occasion d'interviewer Max, le chanteur, pour la sortie de Decline, fin 2020.

J’ai donc le plaisir de les voir sur scène ce soir, le groupe nous assène so trash/death, la batterie est chirurgicale, la basse boueuse à souhait, les riffs des guitares sont bien lourds et typé trash death, la voix de max est bien démoniaque, le headbang est de rigueur, les morceaux sont dark et épiques.

Un nouveau morceau est joué Echoes in your Dream pour notre plus grand plaisir, le refrain nous donne envie de le reprendre à l'unisson, c’est un plaisir d’avoir enfin pu voir le groupe en live !




Napalm Death

grind chaos voilà comment bien terminer la 2e journée du MMF.

C’est parti pour le dernier concert de la soirée sur la Menn’Stage avec les pionniers du grindcore anglais, Napalm Death que j’avais déjà eu l’occasion de voir une fois à L’empreinte de Savigny Le Temple. Le groupe devait se produire au Mennecy Metal fest mais ils avaient dû annuler suite à des soucis administratifs..., cette année ils sont enfin là c’est chose faite, je profite du set assis sur une chaise de camping prêtée par un festivalier sympa. Le spectacle auquel ‘j’assiste est démentiel, Barney et sa bande produise du bon bruit blanc tu sais le type de son que tu entends dans le ventre de ta mère (tu te souviens?) la basse de Shane rebondie comme il faut, le rythme de la batterie de Danny est infernal avec ses blast beat infernaux, John à la guitare, Barney se déhanche comme un fou et termine avec son chant chaotique, rageur et démentiel, la fosse headbang sévère, la discographie du groupe étant hyper riche, ils prennent plaisir à piocher dedans en nous jouant des classiques comme scum par exemple, c’est un plaisir pour mes yeux et mes oreilles de voir des musiciens aussi carrés et rapides sur scène.

Nazi Punk Fuck Off cover des Dead Kennedys cover est également joué et autant dire qu’ils ont bien augmenté le rythme et la violence par rapport à l’original.

C’était un plaisir de voir une leçon de grindcore sur scene et de finir cette 2e journée sur une aussi bonne note, j’ai hâte de les voir à Paris en 2023

 

DAY 3

Cette 2e journée étant finie je rentre prendre mes quartiers chez JB, alias Cat Mouchou notre vidéaste en chef, pour être en forme pour la 3ème et dernière journée de ce Mennecy Metal FEST. Clairement la programmation de cette 2eme journée a été solide. Au suivant !


C’est parti pour le dernier jour du Mennecy Metal Fest 2022



Monolyth

Je commence cette journée sur la Eye Stage avec Monolyth groupe de Thrash Death que je connaissais que de nom par Julien Dijoux, le guitariste qui officie également dans Memories Of A Dead Man. Le reste du groupe est composé de Line-up Amaury Durand au chant, Tristan à la guitare, Fafa à la basse et Batt à la Batterie. La section rythmique est carrée et n’a pas le temps pour blaguer. La Batt traite sa batterie comme un char d’assault, les riffs de la section cordes vont à 100 à l’heure, le chant d'Amaury est plutôt entraînant, Julien venant appuyer le propos avec quelque growl du plus bel effet en backing, le headbang vient naturellement, c’est une bonne entrée en matière pour ce dimanche !

Nervd

Après avoir mangé, je suis de retour sur la eye stage pour assister au set de Nervd, groupe crossover, assez récent, mais ne vous détrompez pas, le groupe n’est pas composé de lapins de 3 semaines... J'avais entendu parler de ce groupe fin 2019 quand j’avais eu l’occasion de croiser Mike sur Paris. Dans le line up on retrouve Ju à la guitare (ex-Kaizen), JC (chant, Red Mourning), Mike (guitare, ex-The Arrs), Francesco (basse, Pitbulls in the Nursery ce qui ne me rajeunit pas : "retour en 2005" en première partie de Gojira) et Cyril (batterie, ex-Break This Cycle)

Le premier album est sorti un peu dans la confidentialité début 2021 à cause de la période pandémique. C’est donc depuis 2019 que j’attendais de voir ce que ça donnerait. Autant dire que je ne suis pas du tout déçu, Cyril est radical sur sa batterie et utilise également beaucoup les ride et autre cymbales ce qui ravit mes oreilles.

Les riffs de guitares nous découpent, rythmé pour du 2 step, sûrement la pâte de Mike, ce qui n'est pas pour nous déplaire. La basse bien grasse, vient alourdir le tout, JC sur ce projet a une voix typée 90's à la Anselmo mais n’oublie pas pour autant de groover sur des passages un peu stoner, le set est survitaminé mes aïeux ! parfait pour la digestion, le headbang est de rigueur, le groupe donne tout ce qu’il a et ça fait plaisir à voir.

Le seul mauvais point à mon goût : le set est passé trop vite !

Pour les curieux, le groupe ouvrira pour BETRAYING THE MARTYRS le Vendredi 25 novembre à La CLEF 78 de Saint Germain En Laye ... Alors si ça te tente ?

E force

Premier groupe que je vois de la journée sur la Menn’stage aujourd'hui.

E-Force groupe de Trash à l’ancienne avec Eric au chant et à la basse qui utilise une technique à la Lemmy pour chanter avec le micro hyper haut, le reste de la section rythmique assure un rythme soutenu pour le headbang. Voir ce genre de formation à l’ancienne me ravit, les compos vont droit au but et ça me va bien ! belle découverte en ce qui me concerne, je valide !


NYDVIND

De retour sur la Eye stage pour assister au set du groupe pagan NYDVIND récemment signé sur le label MusikÖ_Eye et d’ailleurs encore merci au boss du label, Gérôme Théodore, d’avoir aider à faire ressusciter ce groupe.

NYDVIND avait déjà eu l’occasion de faire la première partie de KAMPFAR par le passé.

Le set est dépaysant et je me vois explorer des contrées lointaines, loin de mennecy, sur un drakkar explorant des mers inconnues, la voix de richard nous transporte, la section rythmique est solide avec la batterie qui sonne assez tribal, les riffs sont bien doom pagan, Bon franchement, le set m’a parut bien trop court !


KOB

Direction la Menn’stage pour le set de KOB qui délivre du Heavy Metal à l'ancienne dans la pure tradition des Judas Priest et consorts. Stéphane au chant est très bon, la section rythmique envoie comme il faut ... on a l’impression d’assister à un concert dans les années 80, le groupe reprend également du Judas Priest et du Iron Maiden en leur rendant un belle hommage.

Fatima

Eye stage c'est au tour du set de Fatima groupe de grunge noise de la région parisienne, la basse bien ronde et la batterie nous donne envie de headbanguer et taper du pied, les riffs de guitare sont incisifs, la voix typée grunge est planante, le trio envoie du lourd avec sa rythmique doom noise hypnotique tel un charmeur de serpents!

Onslaught

Place aux anglais de Onslaught sur la Menn Stage c’est un pur kiff d’enfin les voir sur sène, leur dernier album en date Generation Antichrist figurait dans mon top album de l’année 2020, ils délivrent du Trash sans concession, heureux d'entendre certains morceaux du dernier album en live, la batterie est en mode char d’assault, la basse rebondit, les guitares carrées, la voix du chanteur-guitariste, Dave, est rageuse, il n’y a aucun répit.

Le groupe aura l’honneur et le privilège de lancer le premier circle pit de cette journée.

Manigance

C’est au tour de Manigance de se présenter sur la eye stage.

Le set commence bien, la section rythmique balance un gros heavy entraînant.

Corinne au chant va se mettre à chanter en français et là pour moi, c’est le drame ...

ça fait ultra kitch. J'ai l’impression d'écouter un enchaînement de génériques de dessins animés des années 80 à la Bernard minet. J'ai été cassé cassé dans mon élan de la journée qui a manigancé la venue de Manigance ?

J’en profite pour aller manger et me rendre sur la Menn stage, le groupe à sa fan base.

Je suis sûrement trop jeune pour comprendre ...

Tagada Jones

C’est devant une Menn Stage blindée que les Tagada Jones se présentent.

Ils jouent ici pour la 2ème fois et oui Niko, si tu lis ces mots, tu t’es trompé...

J’ai eu l’occasion de voir le groupe 2 fois cette année sur le festival anniversaire et sur le warm up à Orléans, la pyrotechnie est en place avec les bidons qui lancent des flammes.

L'intro se fait sur à feu et à sang ! le groupe rentre direct dans le dur, le public est ébahi.

Suivra nous avons la haine la rage, l’hymne du confinement passé.

Plusieurs fois j’ai cru que steph à la guitare allait se brûler les cheveux avec les bidons, Job est en forme derrière sa batterie, Waner se déchaîne comme à son habitude.

Le groupe enchaîne les classiques tel que je suis charlie, de l'amour et du sang, dernier baril, vendredi 13, zéro de conduite , elle ne voulait pas, cargo, de rire et de larmes, nation to nation (hyper entraînant avec Waner au chant), feu aux poudres, le set se termine sur mort aux cons.

Le public reprend lalala à l'unisson, personnellement je commence déjà à avoir du mal avec les nouveaux morceaux de Tagada Jones qui sont pour la plupart plus calme et moins rentre dedans, je vais laisser un petit temps avant de revoir une nouvelle fois le groupe, je pense.

Kingcrown

Ayant fait une overdose de heavy metal sur ces 3 jours je ne suis pas allé voir Kingrown mais à noter une belle reprise de I Still standing de Elton John que j’ai entendu de loin!


The Darkness

C’est aux anglais de The Darkness de clôturer cette 10ème édition du Mennecy Metal Fest. Ce groupe tu le connais forcément, au moins pour son apparition sur une pub de voiture Mini. Il me semble aussi à l’époque à la radio et en clip sur certaines chaines, un tube de l’année 2003. Personnellement je ne connaissais que cette chanson, Justin Hawkins le frontman est monté sur ressorts, il me fait penser à un Mika du Rock'n Roll avec son allure et sa tessiture de voix impressionnante, le set me met de bonne humeur.

Justin se fera meme prêter un t-shirt par le public, le batteur Rufus casse une pédale sur I Believe In A Thing Called Love c’est pour dire qu’il est bourrin, Justin alterne les morceaux en chant seul et chant/guitare, Franckie groove parfaitement avec sa basse, et Dan nous emporte avec ses riffs, le groupe enchaine les classiques dans la bonne humeur, et une chenille se forme spontanément c’est la premiere fois que je fois ça en 9 ans que je fais le mennecy metal fest, c’est donc sur une bonne note que je termine ce Mennecy Metal fest


Pour finir ça m'a fait plaisir de revoir les amis présents sur ce fest et certains artistes que je devais voir depuis 2 ans. Très bon point d’amélioration au niveau de l’attente pour manger et boire grâce au stand à deux endroits distincts cette fois. Pour moi le seul mauvais point de ces 3 jours de mennecy metal fest trop de groupe de heavy metal, une overdose en 3 jours, j’aurais apprécié plus de variétés avec du black metal, du pagan ou des nouvelles pépites comme Ten 56, les Butcher’s Rodeo, par exemple, qui devaient venir en 2019, mais il est sur que je serai présent en 2023 au Mennecy !


Merci aux bénévoles hors pairs et à Thomas pour l'accréditation !


Virgile T.

Pour BGP MUSIC LIVE

Video credit : Cat MOUCHOU (pour BGP)


 

Portofolios DAY 2 (Remi ITZ photography)


6:33


NAPALM DEATH


LOCOMUERTE


LOFOFORA


KINGCROWN


FINTROLL


EMBRYONIC CELLS


DREAMCATCHER


DAY 3


NYDVIND

THE DARKNESS

NERVD

E-FORCE

KOB

ONSLAUGHT

MANIGANCE

TAGADA JONES