AmartiA - Chronic de "Daylight Beauty"


Sortie : 12 mars 2021

M&O Music


Êtes-vous prêts à sombrer dans une douce mélancolie ?



Le 12 mars dernier AmartiA sortait son 6e album : Daylight Beauty, chez M&O Music.


Le quintet lillois (après quelques changements de line up) est composé de : Vincent Vercaigne (guitare/ choeurs), Cyril Carrette (claviers), Sébastien Descarpentries (basse),Quentin Daumal (batterie) et Amandine Duwooz (chant) qui a activement participé à l'écriture des textes.


On commence la découverte de Daylight Beauty par sa pochette qui a été conçue par le bassiste du groupe : Sébastien Descarpentries. En blanc et noir, clarté et obscurité la pochette représente la dualité omniprésente dans l’album entre la puissance des instruments et la clarté de la voix. Daylight Beauty c'est 10 titres et du métal progressif comme on l'aime sublimé par de longs passages instrumentaux et la superbe voix de tête d’Amandine Duwooz qui d'une douce clarté n’est pas sans rappeler Livvy Holland (Divine Astronaut) ou Ingrid Denis (Jirfiya).



L'album s'ouvre sur Lose Control (7:23).

Dès les premières notes on est transporté. Le voyage commence et nous plonge dans une douce et profonde mélancolie.

Lose Control est une ode nostalgique à la vie “d'avant” : I lose control/ I just want to dance the night away [...] it’s far behind me.

La dualité puissance - douceur y est parfaitement représentée via les riffs puissants et langoureux qui tranchent parfaitement avec une voix pure et angélique.


Dans Lily (6:48) la voix d’Amandine est tout en retenue. Elle chuchote à nos oreilles. S’en suivent un superbe solo de guitare et une performance saxophone à couper le souffle.

In Waves (2:51) est entièrement instrumental. On ferme les yeux et on se laisse transporter comme bercer par les vagues.


Cloud 9 (6:53) met fin au voyage avec beauté. Cloud 9 est l’équivalent de notre 7e ciel français. Et on y est : au comble du bonheur et de la béatitude. Le titre est plus heavy avec des intrus et une voix plus énergiques. Ce qui en fait mon titre préféré de l’album !

La fin du titre (et du coup de l’album) est inattendue. Elle est portée par la voix grave et troublante de Clive Nolan (Pendragon) qui d’un ton apaisant met un terme à ce voyage hypnotique. Il nous ramène doucement à la réalité. Il nous parle. Il nous raconte :


It is about looking inside yourself

Digging deep down facing the beast within.

You know it is not always simply white or simply black.

[...] Now I fell the beast has been tamed.

We went through many changes

[...] Today, at last it lets me see the daylight beauty”.


La boucle est ainsi bouclée et le lien entre le précédent album d’AmartiA The Beast Within (2017) et Daylight Beauty est fait.


Daylight Beauty est un voyage musical que je recommande : une voix unique et de sublimes performances instrumentales. Tout y est. Personnellement j’ai été et transportée.


Et vous ? Êtes-vous prêt à sombrer dans cette douce mélancolie avec AmartiA ?

SAM L.

pour BGP MUSIC LIVE


31 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout