IANWILL - Chronik de "ONE CREDIT LEFT"

Auto produit

27 octobre 2019

Premier album pour les parisiens / lillois de IANWILL, après deux EP déjà très remarqués : mixé et masterisé par Florent SALFATI chez Homeless Records (LANDMVARKS), « One Credit Left » est sorti en octobre dernier.


Un album dense de 11 titres et 50 minutes où aucun compromis n’est fait.

Il faut dire que IANWILL ne fait pas dans la dentelle : ils tapent fort, dur dès le premier morceau, « Blackout ».


Après plusieurs changements de line up, le groupe repart sur de nouvelles bases, posant un son plus puissant. Cherchant sans cesse à nous surprendre, il se dégage de ce premier opus une rage folle et une énergie communicatrice.


La force du groupe vient de cette véritable alchimie entre le duo guitare/basse saccadés, la batterie limite martiale et surtout la voix de sa frontwoman, Audrey.

Car l’identité du groupe, c’est bien elle !


Même si la voix d’Angela GOSSOW résonne encore dans ma tête, Audrey dégage une fureur incroyable : si les passages en chant clair sont trop nombreux et trop marqués heavy féminin pour moi, il n’en reste pas moins que l’évolution de la miss dans le travail de sa voix force le respect.


Un univers assez sombre jusque dans les textes où il est question de nos peurs, de luttes… mais aussi d’espoir…





Un gros coup de cœur pour « Fighting The Odds » : morceau vraiment fort tant chaque membre du groupe déploie un énergie salvatrice d’une rage trop contenue afin de « lutter contre les probabilités »….


Et pour « Above Fears » aussi, car tellement emprunt du son ARCH ENEMY dès début !

Déjà 1 titre clipé : « Elements Collide », où tout est construit autour d’un jeu sur le clair-obscur, comme un combat entre l’ombre et la lumière…. A voir absolument !


Ce « One credit left » est comme une chance nouvelle donnée à un groupe qui, avec le temps, deviendra grand !


Un premier album aux compos maitrisées où la lumière vient contraster avec un chaos envoûtant dans un metal « death » core mélodique et moderne qui n’a plus qu’à nous offrir des pits de tarés !


Marion BOESCH

pour BGP Music Live