top of page

KATATONIA - Chronik de "MNEMOSYNEAN"

Dernière mise à jour : 23 déc. 2021



A l’occasion de leurs 30 ans, les suédois de Katatonia sortent le 1er octobre 2021 chez Peaceville Records un double album, « Mnemosynean ». Ils regroupent les moreceaux rares, faces B et EP du groupe sur une période allant de 1994 à 2016.


Credit : Lennart Kaltea


On retrouve au travers des pistes toute l’évolution du groupe, des sons doom et gothiques du début à un style plus rock et plus metal au fil du temps.

Et c’est parti pour l’écoute !


Le CD1 débute avec « Vakaren », morceau intimiste, qui fera plaisir aux amateurs de Leprous. Ça s’enchaine avec « Sistere » très mélodique avec sa ligne de guitare acoustique. On change d’ambiance avec « Wide awak in Quietus » qui ajoute au côté mélodique des riffs plus agressifs et des solos efficaces.

Le morceau « Nigh comes down », lui aussi plus rock aurait mérité une Face à l’époque avec son refrain marquant. « Second » est mon premier coup de cœur : nous sommes là aussi dans un morceau rock assez calme, mais avec une batterie que je trouve vraiment au service de la chanson et un texte bien porté par la mélodie. « The Act of Darkening » marque le retour au plus calme. L’ambiance, l’utilisation des percussions et des voix rappelleront sans doute à certains les derniers albums d’Opeth. « Ashen » est plus lourd, plus « sale » dans les riffs et dans la voix, j’aime beaucoup. A nouveau, changement d’ambiance avec la ballade « Sold heart ». « Displaced » surprend dès les premières notes avec ses riffs plus puissants et sa voix légèrement modifiée, un excellent titre. « Dissolving Bounds » reste dans la même veine : nerveux et mélodique. « Unfurl » marque le retour au calme.


Credit : Ester Segarra


Le premier CD s’achève avec « Code against the Code », sans doute un des morceaux les plus accessibles (mais néanmoins très satisfaisant).

On enchaine avec le CD 2 et « Wait Outside », premier morceau metal, plus direct, vraiment sympa. Suit « Sulfur », morceau en plusieurs partie avec ses consonances clairement plus gothiques par moment. On revient à un morceau plus metal, avec « March ». C’est un des morceaux que j’aurais tendance à me passer souvent. « Oh How I enjoy the Light » est plus sombre tout en restant rock. : On reste dans le rock à tendance metal, mais un rock plus joyeux dans sa sonorité malgré le titre, avec le très sympa « Help me disappear ». On change de tempo avec « Fractured » pour un morceau toujours rock mais moins sombre que les autres pistes. « No Devotion » est moins deuxième gros coup de cœur avec son rendu presque grunge dans le riff et la voix.


Retour au très calme, presque ambient, avec « Quiet wolrd » qui porte très bien son nom. « Scarlet heavens » est ce que j’appelle le dernier morceau de cette seconde partie (je t’explique pourquoi juste après) et c’est clairement LA surprise de cet opus, ovni de plus de 10 minutes, goth rock jusqu’au bout des ongles. Un petit bijou.

Les six dernières pistes sont des remix (je t’avais dit que je t’expliquerai !) des morceaux « In the White », « My Twin », « Soil’s Song », « Day and then the Shade », « Idle Blood » et « Hypnone » et je ne vais donc pas te spoiler dessus.


En conclusion, on a affaire ici à un double album (avec un CD 2 clairement plus rock) qui est non seulement un indispensable pour les fans de Katatonia, mais un excellent moyen de faire découvrir les différentes facettes du groupe aux néophytes… s’il en existe encore ! L’objet en lui-même est décliné en plusieurs formats et ravira les collectionneurs.

Niveau concerts, le groupe sera en tournée en hiver 2022 et enchainera de nombreux festivals ensuite, notamment le prochain HellFest.


Elodie DH.

Pour BGP MUSIC LIVE


bottom of page