top of page

Live Report du MOTOCULTOR Open Air 2023 (Carhaix, 29)


crédit photo : Franck SINATRASH
CHURCH OF MISERY

Le Motocultor se déroule depuis une quinzaine d’années en Bretagne, habituellement il se déroulait à Saint Nolff près de Vannes, mais cette année il a déménagé à Carhaix dans le Finistère pour atterrir sur (une partie) du site des vieilles charrues.


Nouveau site donc, mais plus agréable que celui de St Nolff, plus grand ou tout du moins en apparence, plus plat (non négligeable), surtout quand il fallait remonter la pente de la scène Suppositor, pour ceux qui comme moi se déplacent avec une canne de marche c’est un détail fort appréciable d’avoir un terrain le plus de plat possible pour pouvoir se mouvoir !


Les deux scènes (Suppositor Stage, Dave Mustage) se sont agrandies et éloignées des deux autres (Massey Ferguscène et Bruce Dickingscène) qui sont toujours sous chapiteau.

Ceci dit, agrandir un peu le pit photo sous les chapiteaux serait fort bienvenu, sans parler de la fumée et de l'éclairage qui mériteraient d'être un peu plus adaptés sur scène, ça faciliterai la tâche pour certains groupes.


Bien que plus de festivaliers 2023 qu’en 2022, la circulation s’est faite tranquillement sans devoir jouer des coudes pour passer, l’offre de restauration s’est un peu plus diversifiée comparé à l’édition précédente, ce qui n’est pas un luxe. L’absence de café sur le site, excepté au VIP est peu dommage car il aurait été le bienvenu le soir !

Côté bar, il est à noter qu’il n’y avait pas ou peu d’attente, ce qui n’était pas le cas des urinoirs et des toilettes, qui malheureusement étaient en sous nombre et situés uniquement près de Dave Mustage. Même chose pour le seul et unique point d’eau situé au même endroit, bien que des bouteilles d’eau étaient disponibles aux bars, deux ou trois points d'eau n'auraient pas été du "luxe" surtout vu la chaleur.

Le fléchage sur le site était, comment dire, un peu rocambolesque, caché parfois aussi.

Coté programmation, ben il n’y a pas grand-chose à redire puisqu’elle était très variée, mon seul regret est de n’avoir pu voir "1914" qui n’ont pu venir faute de pouvoir sortir de leur pays, bref une très belle affiche au final.

 

JEUDI

on commencera par une très bonne surprise avec WARBRINGER (thrash metal américain), faut bien dire qu’ils ne font pas de détails sur scène en envoyant du lourd, bon son, très bon set.



Si on parlait de BUDO SECURITE ? à force de faire le Motoc on finit par connaître les mecs de la sécu, pas de passe-droit, mais on les respecte, même si parfois ce sont des clowns, non, des pitres, probablement, ces messieurs de la sécu nous ont fait l’immense honneur de nous exécuter une démonstration de chorégraphie sur du village people, top de chez top, on s’est bien marrés et eux aussi.




AA WILLIAMS (Post Rock Anglais) même si musicalement ce n’est pas trop mon trip, j’avoue que c’était pas mal, et même avec un éclairage pas franchement terrible.

crédit photo : Franck SINATRASH
A.A WILLIAMS

UGLY KID JOE

crédit photo : Franck SINATRASH
UGLY KID JOE

(heavy metal et hard rock américain), je n’avais pas eu l’occasion des voir au Hellfest la dern


ière fois ou ils sont passés, très franchement aucune déception, même si

les musiciens ont pris de la bouteille, ça reste très intéressant de les voir sur scène.


CORONER (thrash metal Suisse), encore une fois on peut dire que les "vieux" on encore de l’énergie à revendre,

vus en 2022 au Hellfest , c'est avec encore un grand plaisir cette année que je suis allé les revoir, excellent concert !

 

VENDREDI

crédit photo : Franck SINATRASH
CARTHAGODS

On commence avec CARTHAGODS (heavy metalTunisie), belle surprise, ça passe bien sur scène avec un son plus que correct.

ARKA’N ASSRAFOKOR (metal fusion Togo), là, attention ça bouge énormément sur scène, cependant dommage qu’il n’y ait pas eu un meilleur éclairage, pas trop le temps de faire les réglages qui s’imposent avec l’appareil, néanmoins, c’est un ovni, musicalement c'est particulier, mais pas le temps de s’ennuyer avec eux. C’est la première fois que je vois un groupe Africain sur scène et je prêt à les revoir.


NAPALM DEATH (grind core Anglais), bon ben Napalm c’est Napalm, vu en long, large et travers au Hellfest ou en petite salle, rien de nouveau à l’ouest excepté la pluie, bon nombre ont été un peu dérangé par cette dernière, Barney GREENWAY non.

crédit photo : Franck SINATRASH
NAPALM DEATH

UUHAI (metal/rock Mongolie) plus intéressant que leurs homologues de The HU,

crédit photo : Franck SINATRASH
UUHAI

Je craignais un peu que ce soit comme les HU qui sont passés au Hellfest de cette année, ben non, éclairage de M…. encore ! et fumée à fond sur scène...Par contre un son pas trop mauvais, bref une recette fort intéressante, à revoir, de préférence sur petite scène pour découvir.


DEICIDE (death metal Américain), tout comme napalm, n’attendez pas qu’ils sortent les violons, ils n’ont jamais fait dans la dentelle, ça reste une valeur sûre.


WARDRUNA (néo folk Norvège), depuis le temps que j’entends parler d'eux, je n’avais encore jamais pris le temps d'aller les voir, voilà qui est fait ! Bon, il faut bien avouer que très franchement ce n’est pas très énergique.


crédit photo : Franck SINATRASH
WARDRUNA











crédit photo : Franck SINATRASH
DEICIDE









MARDUK (black Metal Suède), vu en 2022 au MUSCADEATH (Vallet/Loire Atlantique), comme l’an passé, même si les conditions photographiques éteient une fois de plus défavorables, ce fut un très bon concert.


crédit photo : Franck SINATRASH
MARDUK
 

SAMEDI

On commence avec SYLVAINE (post black metal Norvège), c’est particulier mais pas inintéressant, maintenant à petite dose c'est suffisant me concernant.

TRIBUTE TO THRASH (thrash metal France), constitué principalement de Alexandre COLIN-TOCQUAINE (Agressor), Stéphane BURIEZ (Loudblast), Nicklaus BERGEN (ex ADX), Fabien « Speed » CORTIANA, c'est un groupe de "Vieux" comme moi qui fait des reprises de Thrash, rien de bien nouveau, excepté le fait qu’ils le font bien, bon Stéphane était en forme….


FUOCO FATUO (doom death Italie) lourdeur en perspective avec un penchant vers le doom death funéral, c’est un groupe intéressant à découvrir sur scène.


AKIAVEL (death metal France), bien que vu cette année au Hellfest, avec un son exécrable, les ingé son du Motoc on fait quelque chose de bien comparé au son du HF (pas difficile de faire mieux entre nous). Auré Jäger la vocaliste d’Akiavel ne fait pas dans la demi-mesure, une voix puissante, une présence sur scène phénoménale avec un visage très expressif.

crédit photo : Franck SINATRASH
FUOCO FATUO

SODOM (thrash metal Allemagne), les vieux briscards de Sodom ont encore fait un très bon concert avec 42 petites années d’existence et d'expérience ! En tout cas c’est toujours un plaisir de les revoir à nouveau sur scène.


WATAIN (black metal Suède), pour clôturer ma soirée du samedi au Motocultor.

Un set basé sur leurs dernier opus « The Agony & Ecstasy Of Watain » qui est probablement le meilleur album (ou pas) de l’année et du groupe. je vous rassure immédiatement, aucun photographe n’a été sacrifié, ni baptisé au sang pendant le show.

Bien que, comme d’habitude, avec Watain, il ne faut pas trop espérer avoir autre chose que du rouge en éclairage et beaucoup de fumée, peu de temps à passer dans le pit photo vu le nombre de photographe présent, c’est sportif, mais on fait ce qu’on peut. Très bon concert à revoir sur scène.

SODOM / AKIAVEL / WATAIN (Crédit photos : Franck SINATRASH)

 

DIMANCHE


crédit photo : Franck SINATRASH
GAERA

Quatrième et dernier jour avec 45 concerts suivis, ça commence à tirer sévère. On commence avec GAERA (black metal Portugal), musiciens masqués, donc niveau photographie on a un peu vite fait le tour, mis à part le chanteur masqué lui aussi qui gesticule un peu plus.


CHURCH OF MISERY (Doom metal Japon), bah ma foi bonne surprise, musicalement intéressant.


DIETH (death/thrash Pologne), un peu de Decapitated, un soupçon de Megadeth et une pincée d’Entombed A.D, musicalement surprenant, intéressant, parfois envoutant, bref, un bon moment à passer et belle surprise.


DYING FETUS (brutal death Américain), le groupe n’est pas réputé pour sa tendresse, découvert au second Fury fest, passé plusieurs fois au Hellfest ou au Motocultor, bon show, mais, il y a eu mieux, néanmoins ça reste un groupe.incontournable.

DIETH / DYING FETUS/ EYEHATEGOD (crédit photo : Franck SINATRASH)


EYEHATEGOD (sludge Américain), je voulais voir ce que ça donnait sur scène, je n’avais pas prévu au programme. Un pit photo bondé, en avant le bel éclairage rouge bien sombre, Musicalement c’est définitivement pas ma tasse de thé, mais étant le dernier concert que je faisais, j'y suis allé faire un tour.

Pour être tout à fait franc, après 45 groupes et 4 jours de crapahutage la fatigue est bien présente.


Allez, retour à la maison avec la tête pleine de bon sons et des cartes mémoires photo pleines de bon souvenirs dont vous avez quelques aperçus ici même.


Franck Sinatrash

pour BGP MUSIC LIVE


PORTOFOLIO




Commenti

Valutazione 0 stelle su 5.
Non ci sono ancora valutazioni

Aggiungi una valutazione
bottom of page