top of page

Live report Mass Hysteria + Von Deeper - 6 avril 2023 – Noumatrouff (68)


Crédit photos / report : Brice KIEFFER


Rien de mieux que de commencer un gros week-end de 4 jours, par une bonne soirée métal. Le lièvre de Pâques nous a bien gâté avant l’heure avec un programme qui annonçait du lourd. Les mulhousiens de Von Deeper ont ouvert le bal, suivis de Mass Hysteria en warm up du Tenace Tour, qui vient présenter son 9ème album, Tenace – Part 1, qui sortira le 26 mai prochain.


Après une série de cinq concerts complets en région parisienne, dont un début magistral au Forum de Vauréal, c'est enfin au tour de Mulhouse d’accueillir la bande de Mouss Kelai pour faire trembler la fosse du Noumatrouff. La dernière fois que Mass Hysteria avait posé ses valises au Nouma, c’était le 28 mars 2019 avec le groupe Klàng en première partie.


Affiché sold out depuis plus de 6 semaines, les furieux et les furieuses alsaciens ont très vite compris qu’il ne fallait pas attendre le dernier moment pour obtenir un sésame pour cette soirée qui était annoncée comme monstrueuse.


Le coup d’envoi était prévu à 20 heures, mais pour certains heureux chanceux, les festivités avaient déjà commencé bien plus tôt dans l’après-midi. En effet, le groupe de fans l’Armée des Ombres, qui comprend près de 6 500 membres sur Facebook, avait organisé un tirage au sort, pour faire gagner à quinze de ses membres, le droit d’aller assister aux balances du groupe.

Après coup, j’ai pu retrouver certains gagnants et visiblement c’était cool ! Selon un fan, c’était « Un moment inoubliable, seuls avec le groupe ». En effet, les gagnants ont pu assister à 5 chansons en avant-première.

Par la suite, Mouss est aussi venu prendre quelques selfies et signer des autographes à l’extérieur de l’enceinte.


Arrivé sur place après 19 heures, je peux déjà compter une bonne centaine de personnes, qui avaient commencé à faire la queue devant les portes du Noumatrouff, dans l’espoir d’être les premiers à toucher la scène. L’ambiance est festive et l’énergie palpable. Les gens n’attendent qu’une chose : que les pogos commencent !


20 heures : ouverture des portes.

J'ai juste le temps d'attraper une bière et de préparer mes objectifs, que Von Deeper démarre le show ! Avec sa formation guitare-basse-batterie, composée de Thibaut (chant & guitare), Anthony (basse & synthé) et Julien (batterie), le groupe a proposé un métal lourd teinté d'influences aussi diverses que Deftones ou Queens of the Stone Age. Ils proposent des riffs de guitare puissants et un sens du suspense musical à grands coups de larsens, une performance dynamique qui a su chauffer la foule.

Set list :

  • Intro

  • Something red

  • Tainted world

  • Let it burn

  • My god let me down

  • Din dong

 

A peine le temps de me remettre de l’excellente prestation des Von Deeper, qu'il est temps pour moi de rejoindre le balcon, afin de me placer pour accueillir la furie hystérique qui a prévu de mettre le feu dans nos cerveaux.


L’index sur mon déclencheur, je n’attends qu’une chose : que les lumières s’éteignent et que la bataille commence. La dernière fois que j’avais éprouvé cette excitation, c’était le 1er avril 2022 lors de leur dernier passage en Alsace, en clôture du Gros 4 au Zénith de Strasbourg.


21h35 : extinction des feux ! "Pied au plancher, cortex enclenché, c’est à la limite de la transe", que Mass Hysteria est accueilli par 600 métaleux mulhousiens, dans une folie collective.

Guitares et poings levés, c’est sur l’excellent nouveau titre Mass veritas que le concert commence. Comme à son habitude, Mouss Kelai en profite pour saluer le public du Noumatrouff : « Bonsoir les furieuses ! Bonsoir les furieux ! Merci d’être ici ce soir ! ».


Quelques secondes plus tard, le groupe arrête le morceau : « 1000 excuses, j’ai oublié le couplet ! » s’exclame Mouss, « Merci de votre indulgence, est-ce l'émotion ? ». La foule éclate de rire et le concert recommence de plus belle.

Le groupe continue avec Positif à Bloc et les premiers pogos commencent à faire trembler le sol du Noumatrouff. Il est maintenant temps pour moi de descendre dans la fosse, afin de pouvoir venir shooter le groupe d’un peu plus près.

Fred Duquesne impressionne avec son jeu de guitare et ses dreadlocks qui voltigent au rythme des titres qui s’enchaînent : Plus qu’aucune mer, Chiens de la casse


Arrive enfin la chanson Vae Soli !, devenue une incontournable des concerts de Mass Hysteria depuis 2015, date de la sortie de l’imposant Matière noire. En parfaite symbiose avec le groupe, la foule chante en chœur : « Je suis donc je pense, J’ai choisi, La joie comme vengeance, Vae soli » et embraye directement avec Babylone…


J’essaye de me frayer un chemin vers la gauche et me retrouve face à l’imposant Yann Heurtaux avec sa monstrueuse guitare ensanglantée, qui lance les premiers riffs d'Une somme de détails. Ancré au sol, Yann impose la cadence au public, tel un maître à ses disciples.


Onde de choc en action ! C’est sur Nerf de bœuf que je me fais surprendre par la formation d’un immense Circle Pit engagé par Mouss ! « Tournez ! Tournez ! ». J'arrive tant bien que mal, à m’extirper de cette tornade et à mettre mon matériel en sécurité.

Pas le temps de me reposer, que les premiers accords de Se bruler sûrement, galvanisent la foule à tel point qu’il commence à devenir difficile de tenir debout. Positionné sur l’estrade centrale, Jamie Ryan hystérise le Nouma avec cette ligne de basse, sur ce morceau taillé pour le live.


J'ai tout juste le temps de remonter au balcon que Mouss lance Faille et dédicace ce morceau à Christian Ballard, l’incontournable photographe alsacien du magazine Rock Hard. Les titres s’enchaînent encore : Même si j'explose, Arômes complexes, Reprendre mes esprits

Derrière sa batterie, Raphaël Mercier s’impose face au public et ouvre les portes de l’enfer sur le titre L'enfer des dieux. Mouss en profite pour rendre hommage « aux gens qui sont partis trop tôt » lors des attentats du 13 novembre, au Bataclan, à Strasbourg et aussi à Nice.

Arrive enfin le tout nouveau titre Encore sous pression, issu de l’album Tenace prévu pour le mois de mai. Le morceau n’est pour l’instant sorti sur aucune plateforme et n'a été joué que six fois en live. Tout est poison vient clôturer la première partie de ce concert juste avant les rappels.

Après quelques secondes de pause, le groupe revient rapidement sur scène, appelé pour lancer la phase finale de ce concert qui restera sans doute dans les annales du Noumatrouff.

Les furieuses et les furieux sont loin d’être fatigués et n’attendent plus qu’une chose, pogoter sur les titres les plus emblématiques de Mass Hysteria.

Mouss lance un « joyeux anniversaire le Noumatrouff » qui est rapidement repris en chœur par la foule. En effet, il tient à rappeler que le groupe a 30 ans cette année, comme la salle à laquelle ils ont fait honneur ce soir dans une ambiance explosive !

Arrive enfin, ce petit sample électro que tout le monde attend et qui provoque… la Contraddiction dans une hystérie collective. Mais la boucherie commence uniquement au signal de Mouss Kelai, sur son célébrissime « Allez ! ». La foule est en transe et forme un immense pogo au centre de la fosse.


Pas le temps reprendre mon souffle que vient déjà cette petite intro brésilienne qui annonce le calme avant la tempête. Après la série de coups de sifflet, la foule explose pour danser sur la Furia !


"Mais d'où cette fantastique connaissance et cette énergie peuvent-elles venir?"


Cette énergie doit sans doute venir de la relève, car au bout de quelques secondes, je vois trois gamins d’une dizaine d’années monter sur scène aidés par la foule. Amusé, le groupe les accueille avec honneur, afin qu’ils puissent s’adonner à leurs premiers slams. Sans hésiter, le premier saute bras tendus, suivi des deux autres sur la foule. Très vite ramenés sur scène par le public, les trois petits furieux recommencent de plus belle ! Mouss interpelle un des trois petits slameurs pour lui demander s’il a peur de sauter. Très vite, Timéo lui répond que c’est déjà sa deuxième fois…

A ce moment, le groupe décide de faire plaisir à ses tous premiers fans, avec la chanson Knowledge Is Power, issue de leur tout premier album Le Bien-être et la Paix, sorti en 1997.


Il est temps de finir le concert en beauté avec Plus que du métal. A ce moment du concert, on pourrait se dire que le public est fatigué, mais que nenni, la foule va enchaîner une série de pogos et de slams, galvanisée par les paroles de la chanson.


Avant de nous dire adieu, Mouss demande à la foule de se séparer une dernière fois, dans le but de former un immense Wall of Death. Je me place au centre du balcon pour immortaliser cet instant, alors que Mouss balance au micro : « Est-ce que vous êtes prêts pour un Wall of Deeeeeeeath?! ». Puis la foule se rentre dedans, comme deux armées de gladiateurs qui s’affrontent.

Le groupe fait ses adieux, en remerciant le public d’être venu aussi nombreux et de les soutenir depuis autant d’années. Mouss salue son "public de dingue" et se dirige vers le centre de la scène, dos à la foule, avec ses acolytes pour la photo finale. Accompagné du public avec les Horns up ! dirigés vers le ciel, Christian Ballard immortalise cet instant devant des fans fatigués, mais conquis.

En tant que photographe et fan de Mass, je viens de passer une des plus belles soirées photo depuis mes débuts en 2017. Un grand merci à Mass Hysteria pour ce fantastique concert, à Veryshow pour les accréditations, au Noumatrouff pour son accueil, à Sebastien Fournier pour son aide dans la prise de notes et à l’équipe de BGP Music Live.

C’était ma deuxième collaboration avec le Webzine et j’espère que ce ne sera pas la dernière.


A bientôt.


Brice Kieffer

Pour BGP Music Live

 

Set list :


  • Intro

  • Mass Veritas

  • Positif à bloc

  • Plus qu'aucune mer

  • Chiens de la casse

  • Vae soli !

  • Babylone

  • Une somme de détails

  • Nerf de bœuf

  • Se brûler sûrement

  • Failles

  • Même si j'explose

  • Reprendre mes esprits

  • Arômes complexes

  • L'enfer des dieux

  • Encore sous pression

  • Tout est poison


Encore :

  • Contraddiction

  • Furia

  • Knowledge Is Power

  • Plus que du métal