top of page

Cernunnos Pagan fest @Paris - France edition 2023


crédit photos report : Lucinda the strange


Pour cette 13ème édition du Cernunnos Pagan Festival, je suis arrivé un peu plus tard que l’heure d’ouverture, mais j’avoue que je n’étais pas trop pressé car le 1er groupe « Les Harpies » ce n’est pas vraiment ma chope de cervoise.


En revanche je tenais absolument à être bien placé pour le folk metal des Gaulois de Bansidh! alors après m’être fait mettre mon bracelet à l’accueil, me voilà parti en me frayant un chemin au milieu des festivaliers costumés en troubadours, vikings et chevaliers en direction de la Halle ,la petite salle de la Ferme du Buisson pour être placé au premier rang et rejoindre ma binôme photographe du weekend.


Day 1- Samedi 18

BANSIDH


A l’arrivée du groupe, le multi-instrumentiste Maxime, chauffe la salle pour éveiller les festivaliers, c’est pas le plus simple de passer dans les premiers groupes d’un fest, le public est encore timide (ou n’a pas consommé encore assez :) ) , tout le monde n’est pas encore forcément arrivé mais Max tient très bien son rôle et l’ambiance se lève facilement.


Après un petit cours d’histoire entre 2 morceaux (qui seront récurrents pendant leur set), le chanteur nous demande de crier « gallia » quand il lève le poing, comme vous vous en doutez, tout le monde a joué le jeu, mission accomplie pour l’ambiance !

Le reste du show se déroule efficacement entre anecdotes historiques et pogos.


A l’avant dernier morceau, le chanteur teste encore une fois notre culture générale et nous demande de créer un circle pit au milieu de la salle, ce que les festivaliers ont acceptés sans sourciller, circle pit qui a duré toute la durée du morceau !


Le dernier titre arrive, le groupe nous demande de montrer ce que les Parisiens ont dans le ventre pour leur première venue dans le coin, les Angevins ne repartiront pas déçus, la foule aura bougé jusqu’au bout, tout le monde commence à se diriger vers la sortie pour rejoindre l’autre salle après le selfie de clôture.


J’ai attendu un peu de temps avant de sortir de la salle car un bouchon de faunes et autres étranges créatures avec des costumes pas encore trop froissés s’était créé à la porte de sortie, ce qui m’a permis de discuter 2 minutes avec le frontman.


Je ne sais pas si c’était une stratégie de placer Bansidh en début de Cernunnos pour lever l’ambiance, mais si c’était le cas c’est réussi ! Ceux qui les voyaient pour la première fois comme moi s’en rappelleront et les autres aussi bien sûr ! Bansidh gardera également une bonne image du public Parisien (du moins je l’espère !) Les sourires sont présents sur toutes les têtes ça fait plaisir à voir.

TOWARB


Avant de rejoindre l’Abreuvoir, la petite salle du Cernunnos je passe par le bar (oui, apprendre le Gaulois ça donne soif) et j’essaye ensuite de me frayer un chemin pour voir le show des Alsaciens, je m’arrête au milieu de la salle pour essayer d’avoir le meilleur son possible.


Malgré leurs voix de chœur que j’aime beaucoup, je n’apprécie pas plus que ça, c’est trop lent à mon goût, et ce n’est pas vraiment l’ambiance que je recherche, je ne suis pas resté longtemps, juste 3 morceaux pour voir si quelque chose allait m’accrocher plus que ça mais non…


J’en profite pour aller faire un tour sur le site du fest au milieu des combats de vikings, du merch , j’ai fait la sympathique rencontre d’un joueur de dulcimer à marteaux avant d’aller jeter un oeil au stand de pâtisseries médiévales que je recommande fortement! L’organisation du festival est toujours au top malgré les quelques années Covid qui ont tout arrêté pendant une longue période.

VOSEGUS


Ce groupe de Nantais black/pagan qui est déjà plus ma came a fait un super show, cette voix Moonsorresque (ça se dit ça ?) tantôt claire, tantôt black, nous plonge dans une atmosphère sombre qui s’accorde harmonieusement avec le son de flûte.


Tout le set se déroule calmement mais efficacement, un petit bémol cependant sur la voix du chanteur qu’on aurait pu entendre plus fort à mon goût mais ça reste du détail à la vue de tout le reste.

WERGELD


Ça démarre très fort ! le groupe sait faire headbanguer un public avec leur pagan bien trempé, les Angoumoisins ne sont pas venus pour enfiler des perles ça se voit !


Ils nous entrainent avec ferveur et joie dans le monde des Vikings, le rythme soutenu de la batterie fonde bien l’ensemble instrumental du groupe, on a l’impression que le Ragnarök va se passer dans les secondes qui suivent et que tous les Ases sont en route pour montrer que ça va saigner.


C’est à mes yeux le meilleur show du festival pour le moment, un moment bien pêchu et transpirant comme je les aime avec un super son et une ambiance au top, 2 sets de suite qui correspondent à mes attentes, je suis refait !


Des remerciements envers les Parisiens sont annoncés, je n’ai pas vu le temps passer, il est déjà temps pour moi de sortir et rejoindre la queue qui attend pour Hrafngrimr.


HRAFNGRIMR


UN (TROP) long moment se passe avant le début du set,le groupe se fait désirer avec 15 min de retard suite à des problèmes de son.


Mais l’attente valait le détour ! le chanteur qui a beaucoup d’humour essaie de détendre le public du mieux possible pour s’excuser du retard.


Je ne suis pas un gros fana de pur folk et je préfère de très loin ce qui est croisé avec du gros metal qui tâche (je vous vois là, à vous demander ce que je viens faire au Cernunnos alors ?!), mais c’est la du folk comme j’aime !


Hrafngrimr nous fait retourner quelques siècles en arrière et leur prestation scénique nous donnent l’impression d’être un coup en plein spectacle de danse de chamans, un autre coup sur un drakkar qui avance au rythme des percussions ou en pleine chasse dans la forêt si on ferme les yeux…Et je n’ai rien fumé de médiéval hein ! C’est juste qu’ils sont doués pour nous faire voyager dans une autre époque !


Des gros applaudissements bien mérités entre chaque morceau se font entendre, et un hommage émouvant se fait à un ancien membre du groupe décédé sous forme de prière à Odin.


Le reste du set continue sur sa lancée en quêtes de territoires inconnus et je dois quitter la salle un tout petit peu avant la fin pour rejoindre l’autre salle afin de me trouver une place pour Can Bardd qui avait déjà commencé, un décalage s’était créé à cause du retard de Hrafngrimr.

CAN BARDD


A cause du décalage, je suis du coup arrivé peu après le début du show, j’essaye de me rapprocher le plus possible de la scène au milieu d’une foule compacte et méritée pour le show de Can Bardd qui est en grande forme !

Leur son et surtout les blastbeat du batteur qui est dans une forme olympique font littéralement trembler toute la salle qui est au taquet avec ses poings et horns up en l’air pendant quasiment tout le show.


La voix du vocaliste-bassiste est sans égale pour nous mettre dans l’ambiance de leur black metal atmosphérique et les choeurs des autres musiciens se font entendre clairement parmi le son fort mais très bien réglé des Suisses (et oui ils sont connus pour ça !)

On ne s’ennuie pas du tout pendant les passages plus lents qui sont assez fréquents, leur set m’a pris aux tripes jusqu’à la fin.


En bref Cann Bardd nous en a mis plein la vue avec un concert que j’ai adoré, une foule d’applaudissements plus que méritée les remercie et les acclame.


Après le super enchainement de concerts que je viens de voir mon estomac m’a rappelé que je l’avais laissé à l’abandon depuis ce matin, j’ai dû faire le choix de ne pas aller voir Sowulo et d’aller manger un excellent BRØDS et quelques pâtisseries du Soleil de Brocéliande que je vous recommande !


CUELEBRE


Le set est planant, un mélange de voix fantasmagorique et de flûte mêlés aux instruments médiévaux rythmés de percussions font un très beau spectacle mais ça ne retient pas plus que ça mon attention…Je préfère aller me placer pour le show final de cette première et excellente journée de fest.

FEJD


Les frères Rimmerfors et le reste de la bande se laissent désirer, la salle se remplit de + en +, et au bout de 20 minutes additionnelles à l’heure prévue le groupe que tout le monde attend avec tant d’impatience arrive enfin !

Le groupe enchaine les titres dès leur montée sur scène, l’ambiance démarre au taquet est reste de mise pendant tout le set, toute la fosse suit le groupe rythmiquement en tapant des main (plus ou moins justement hein…On est à la fin d’une longue journée !), en plein milieu du concert toute la fosse créée une ligne jusqu’au fond de la salle qui s’assoit par terre et qui rame comme si nous étions à bord d’un drakkar, c’est juste magique !


Le public seine-et-marnais est en folie, chaque annonce de titre est acclamée par des hurlements de contentement, ce concert passe malheureusement très vite, je ne me suis pas ennuyé de tout le set, le groupe utilise ses instruments aussi médiévaux les uns que les autres ainsi que les plus classiques avec prouesse et ils nous plongent dans leur folklore Suédois sans soucis.


La fin se fait dans un tonnerre d’applaudissements et de sifflements de la part du public en guise de remerciements, c’était vraiment un chouette moment qui a clôturé ce premier jour.


Premier jour qui a été riche en découvertes de groupes, d’instruments peu communs et de festivaliers sympathiques, de découvertes culinaires et de boisson à base de houblon (la Porte Dorée bière du festival de cette année est une très bonne cuvée), ça annonce une bonne suite pour le lendemain !


Crevé de ma journée, je ne reste pas pour l’aftershow animé par DJ Minus et je rentre chez moi pour dormir et être en forme pour les festivités de demain !


Portofolio / samedi (Crédit photos : Lucinda)

 

Day 2 - Dimanche 19

Arrivé plus tôt que la veille sur le site du festival, j’ai eu le temps d’aller faire un tour au Caravanserail et faire le plein de pâtisseries (oui oui elles sont vraiment bonnes) et de rejoindre ma binôme photographe avant le concert du premier groupe du jour : WEGFEREND.

WEGFEREND

Ce groupe de Toulousains que je n’avais encore jamais vu commence son show dans une salle éteinte dans laquelle un son de percussion nous fait vibrer jusqu’aux entrailles suivi du son d’une guitare acoustique.

Le premier morceau qui suit super bien la mélodie d’intronisation commence dans le calme et m’a personnellement envoûté avec la superbe voix d’Alexia la vocaliste qui s’accorde super bien aux instruments.


Le groupe nous donne le rythme en claquant des mains, le public suit pendant les premières secondes mais reste assez sage. A la fin du second morceau la chanteuse présente le groupe, et remercie le public Francilien de l’accueil pour leur 3eme venue (ils avaient tourné au Petit Bain 2 dates avec Sahor en mars 2022 et Garmarna en septembre 2022) et le groupe enchaine sur la suite du set dont la foule reste attentive jusqu’au bout.


J’ai adoré le jeu de percussion qui rythme cet ensemble musical et nous fait vivre les légendes du pays Occitan racontées à travers leurs titres, toutes aussi belles les unes que les autres. L’ambiance est au beau fixe pour ce 1er concert de la journée qui commence doucement…Même un peu trop ! L’aftershow de la veille aurait trop trainé ?


Seul Cernunnos et les festivaliers présents à cette soirée pourront répondre !


TROLLHEART

En début de concert, des directives de sécurité envers les trolls nous sont données, il ne faut pas plaisanter avec ces bêtes-là. Les musiciens sont comme à leur habitude habillés sous le signe des Pokemon , des t-shirt à l’effigie de PokeVarg Vikernes à la moumoute de micro Ectoplasma du Troll-chanteur qui au passage sied à ravir avec le pied habillé d’un squelette à casque à cornes.


Le set démarre fort, tout le monde headbangue et se remue, les pogos se lèvent assez vite, le public se réveille après la mise en bouche de Wegferend , l’ambiance n’a rien à voir. Le troll qui n’a pas la langue dans ssa poche et ses acolytes ne sont pas venus pour blaguer et nous le font comprendre ! Le vocaliste toujours sur le 220 interagit sans cesse avec les festivaliers qui se prennent au jeu très facilement, entre les demandes de gueuler ce qu’il y a d’écrit sur son panneau à 2 faces quand il le montre (Darktroll) , une distribution d’épées gonflables (très mal gonflées 😊 ) pour créer un wall of death mémorable qui se finit par une marmite (circle pit pour ceux qui ont pas compris) , une recette de soupe qui sert de chorégraphie ( comme un genre de Macarena Trollesque ?!).

Sur l’avant dernier morceau Shut up,le troll nous demande de le slammer jusqu’à l’autre bout de la salle pour récupérer sa bière et le ramener jusqu’à la scène, ce qui fut une mission accomplie sur le gong.

Jusqu’au dernier morceau « Brothers of Drink » (Reprise d’Infinityum), sur lequel nous sommes invités à finir notre bière qui nous a généreusement été offerte par le groupe juste avant.


Toutes ces festivités sont accomplies sur fond de pogos et de foule en délire,en bref , vous l’aurez compris…Trollheart sont doués pour instaurer une ambiance sans égale au sein d’une foule à peine réveillée ! Le set se termine par une grande ronde enjaillée , plein de sourires sont dessinés sur tous les visages (avec corpsepaint ou sans) ,Trollheart a réveillé tous les endormis et a jeté un ambiance de malade sur tout le fest.


SORCIERES

Arrivé pendant le set, j’ai de suite aimé le show, bien crade, bien sombre, bien black. L’ambiance malsaine que dégage le groupe se ressent encore plus en live, le son est réglé au top, le violon qui dégage une atmosphère bien malsaine se fait entendre ni trop ni pas assez au milieu des autres instruments et de la voix morbide de Pierre-Alain le vocaliste.

Malgré un set bien bourrin, l’ambiance reste calme, quelques timides headbangs font leurs apparitions mais sans plus…


Sorcières aurait mérité bien plus d’engouement de la part des festivaliers…On me dit dans l’oreillette qu’un certain troll aurait pompé toute l’énergie du fest quelques minutes auparavant, ceci expliquerait-il cela ?


VERIKALPA Arrivé dans la salle au début du set (et oui la bière de troll ça fait aller aux toilettes), je me suis dit « Finntroll approve this! »

Des sonorités de clavier qui appuient un super folk metal, l’ambiance est infernale (dans le bon sens !), les adeptes de Cernunnos sont les mains en l’air et headbanguent joyeusement. Les Finlandais lancent un show énergique et puissant, l’ambiance est vraiment de F-O-L-I-E ! La double pédale et le clavier sont omniprésents, le son est fort mais bien réglé c’est vraiment top. Petit problème technique de la batterie en fin de show qui sera très vite réglé (pas étonnant vu la puissance et la rapidité de Jarri le batteur du groupe).

J’ai retrouvé tout ce que j’aime pendant le set, son fort, bien réglé, pogo et headband à gogo…Le meilleur set de tout le fest pour le moment !

Le groupe fait déjà ses adieux avec le selfie habituel au bout d’un bon moment passé trop vite.

Ces balades entre les cavernes remplies de trolls, de contes Occitans qui se transmettent uniquement de bouche à oreille et de sorcières venues tout droit des enfers m’ont donné grand faim, je décide de profiter du set de Deloraine qui n’est pas trop ma came pour aller manger un morceau.

HAMRADUN


Un set très calme devant un public attentif, devant les longues histoires contées par les Féringiens.

Le jeu de scène est travaillé, très pro, la salle est comme hypnotisée par leur set…A moins que les curieux festivaliers essaient d’apprendre par l’écoute cette langue des iles Danoises qui est parlée par très peu de personnes dans le monde ?


Le groupe de folk-rock a laissé son empreinte dans l’histoire du Cernunnos par un show planant qui nous a fait voyager dans leurs terres aux histoires féériques.

NEMUER

Je ne me suis pas vraiment senti à l’aise pendant le set des tchèques, j’ai trouvé que l’atmosphère mystique et l’ambiance qui s’en dégageaient étaient un peu trop « secte » à mon goût.

La mise en scène était très travaillée et je suis sûr que les amateurs de folk pur et dur ont adoré mais trop folk pour moi, j’ai préféré aller me placer pour le concert suivant.

CRUACHAN

J’ai trouvé le début du set un peu monotone mais les célèbres Irlandais savent chauffer une salle, le groupe parle bien avec le public qui joue le jeu et l’ambiance se lève petit à petit pour former une dinguerie sans nom !


Les pogos fusent dans tous les sens, des circle pit se créent entre plusieurs passages de slammeurs qui traversent la fosse entière.

Les titres s’enchainent les uns derrière les autres sans relâche et le climat festif reste de mise jusqu’au bout, Cruachan aura vraiment bien mené la danse pendant tout le show !

Le selfie d’adieu traditionnel et les artistes nous quittent, toute le monde est épuisé et en sueur et ravi !


A la fin du set un bouchon se forme à la sortie de la salle entre ceux qui veulent aller voir Havamal et ceux qui ont soif, ne voulant pas perdre une miette ni voir de loin le groupe suivant Skàlmöld qui est pour moi le clou de ce festival et THE tête d’affiche, j’ai préféré rester devant leur installation et leurs balances et être placé tout devant.


SKALMOLD

Skàlmöld arrive sur scène avec leurs sourires habituels, et envoient directement la sauce en nous interprétant l’album Börn Loka en intégralité, (ce qu’ils ont fait en fin d’année 2022 dans leur tournée Européenne pour célébrer les 10 ans de leur 2ème album qui raconte les légendes de la mythologie Nordique), les pogos fusent dès le départ du deuxième morceau Sleipnir!


La salle entière est plus qu’active, un vrai bordel est présent pendant tout le set, je me demande comment ça se fait que les festivaliers aient autant de jus en fin de 2ème journée de fest !

La foule acclame les Islandais entre les morceaux, le groupe tout autant que le public est au taquet, le public devient en transe à l’annonce du morceau Narfi et chante en chœur toute la chanson. Skàlmöld nous fait même l’immense joie de nous interpréter le titre « Hel » , première fois que ce morceau est joué en dehors de leur Islande natale dû à la partie screamée de la déesse Hel interprété d’habitude par la vocaliste de l’orchestre de la salle Harpa , cette fois cette partie sera chantée par Baldur Ragnarsson le guitariste

A la fin du morceau Loki, le dernier de l’album le groupe se retire et bien sûr, un rappel obligé se fait entendre de la part de toute la salle, on en veut encore !!


La bande revient tout sourire encore une fois et nous interprète un bon Niðavellir des familles suivi de l’excellent Kvaðning, que toute la salle connait par cœur.


Une fin de show où le groupe remercie chaudement les Français venus les voir, les musiciens balancent quelques accessoires mediators, baguettes, bandes de poignet...(j’ai même eu la chance d’avoir le médiator de þráinn ! )


J’attends un peu que tout le monde qui cette salle où la température est montée de plusieurs degrés pendant plus d’une heure (ce qui est complètement paradoxal avec la météo Islandaise actuelle…) pendant que le groupe remballe ses instruments..Et au bout de quelques minutes je me retrouve en dehors des portes de cette 13ème édition du festival.


Un festival qui m’en a mis plein les oreilles avec de belles découvertes, des groupes déjà vus que j’adore et un de mes groupes préférés ; qui m’en a mis plein les yeux avec de beaux costumes et de belles pièces créées par des artisans/commerçants ; qui m’en a mis plein les papilles avec de très bonnes découvertes gustatives entre les Brod, les pâtisseries et de la bonne bière (une nette préférence pour la Porte Dorée qui était la bière du festival cette année) ; de rencontres de festivaliers et de bénévoles (gros big up à eux sans qui ce fest ne pourrait pas se faire).


Je rentre chez moi épuisé et ravi et attend avec impatience l’édition de l’année prochaine ! (Et le prochain album de Skàlmöld dont ils vont commencer l’enregistrement très prochainement ! : ) )


Ro Den

pour BGP MUSIC LIVE



Portofolio / dimanche (Crédit photos : Lucinda)


Crédit video @TOWARB : Nicolas CHAIGNEAU photos


bottom of page