top of page

Live report "Birdstone" – L’international – 06/12/2023


On ne change pas une équipe qui gagne et forcément, quand on apprend que Birdstone revient à l’International, vu l’excellent moment qu’on avait passé le 10 mai 2022 (https://www.bgpmusiclive.com/post/live-report-birdstone---starmonger---slowbot-l-international-paris ),

Bon, on y retourne !


Leur dernier album, Loss, avait été un véritable coup de cœur qui est devenu un classique dans mes oreilles et le dernier clip, Hotline, sorti le 17 novembre n’annonçait que du bon (https://www.youtube.com/watch?v=6ay9AKy1OVQ )…


Avant d’attaquer, mea culpa. Le groupe partageait l’affiche avec Starmonger (qu’on avait eu l’occase de voir sur la date de mai) et Wyld, mais nous sommes arrivés trop tard pour qu’ils soient intégrés dans cet article.


La salle est bien remplie pour un mercredi soir et sur un genre où je me sens parfois un peu seule : le stoner, et dans le cas de Birdstone largement mélangé avec du bon gros rock psyché et beaucoup de blues. Premier changement notoire : j’ai l’impression qu’il y a une fan base beaucoup plus importante qu’il y a un an et demi. On voit des tee-shirts un peu partout et les chansons sont reprises beaucoup plus aisément. Surtout qu’on va le voir, le choix de la set list était audacieux.



Le show commence sur une intro dans laquelle on reconnait immédiatement la mélodie de Madness, un des singles du dernier album. Les trois membres du groupe arrivent, comme à leur habitude grimés et stylés, pour attaquer ce morceau qui est un de leur plus écouté. A mon sens le moins lourd et le plus rock de leur répertoire.


Et à partir de là, ils sont clairement partis là où on ne s’y attendait pas vu que plus aucun morceau de Loss ne sera joué dans la soirée.



C’est clairement Seer, sorti en 2019, qui est mis à l’honneur. J’avoue que ça a été une agréable surprise car je n’avais jamais eu l’occasion d’écouter cet album en live. Même s’il est dans la même veine que son successeur, je le trouve beaucoup plus lourd et beaucoup plus brut (et beaucoup plus blues), et ça ressort d’autant plus sur scène.


Comme la dernière fois, les membres du groupe font une démo. Mention spéciale pour Alquézac en final qui m’a filé presque 8 minutes de chair de poule. Je suis toujours époustouflée par le niveau de chacun et par le son qu’ils peuvent sortir (malgré apparemment des problèmes de son au niveau de la basse qui ont eu l’air de filer quelques suées). On a l’impression que leurs âmes ont 120 ans, et c’est juste magnifique. Ce qui est magnifique aussi, c’est de voir des artistes aussi habités par ce qu’ils font et Ritual n’aura jamais aussi bien porté son nom que ce soir.



On a aussi eu le droit à une belle surprise. Bien évidemment, Hotline a été jouée mais elle a été suivie immédiatement par Méandre, une totale inédite qui laisse présager encore de belles choses. Parce que oui, je l’attends de pied ferme ce nouvel opus qui arrivera… quand il arrivera.


Voilà, en résumé, Birdstone n’a pas changé finalement, parce qu’il n’y avait rien à changer. Ils ont conquis les non-initiés que j’ai emmené immédiatement. Ils ont d’ailleurs conquis toutes les personnes à qui j’ai pu faire écouter leur album.

De par la qualité de leur production, de leur prestation, de leurs compositions, de leur jeu et du chant, ils étaient déjà dans la cour des grands à peine après avoir commencé. Ils restent pour moi une des plus grosses valeurs sures et un des groupes les plus qualitatifs que j’ai pu écouter depuis mon arrivée à BGP.


A ne pas louper s’ils passent près de chez vous (et même plus loin) !


Set List :

Madness

Exodus

Salazar

Hotline

Méandre

Beast

Ritual

Alquézac


Photos : Matthieu Chatenay

Live report : Elodie Del


PORTOFOLIO




bottom of page